Identifier, planifier et préparer les projects pour profiter de la facilité pour la reprise et la résilience des entreprises

La pandémie de COVID-19 qui a atteint le monde entier en 2020 a provoqué une crise sanitaire et, parallèlement, une crise ayant des conséquences économiques et sociales. Confrontée au risque d’effondrement et de perte de compétitivité de son économie, l’Union européenne a accéléré la mise en œuvre d’un des paquets d’incitation économique les plus ambitieux de son histoire, le plan « Next Generation », doté de 750 milliards d’euros pour l’ensemble des États membres. Ce plan de relance inclut la facilité pour la reprise et la résilience, dotée de 672 milliards d’euros. L’objectif est de permettre aux économies et aux institutions publiques d’entreprendre les transitions vers la numérisation et les politiques du « Green Deal », qui comprennent des accords sur la durabilité, la décarbonisation et le développement des ressources renouvelables.

Afin de bénéficier du soutien de ce projet européen, la France a élaboré un plan de relance exceptionnel, « France Relance », doté de 100 milliards d’euros. À ce jour, il y a plus de questions que de réponses en raison de l’absence d’un appel à propositions spécifique qui détermine les exigences et les procédures pour sa demande. Cependant, il n’y a aucun doute qu’il s’agit d’une excellente occasion pour moderniser les structures et les modèles anciens, dans lesquelles les entreprises ont un rôle important à jouer, et une opportunité exceptionnelle pour progresser.

En absence d’une matérialisation concrète, les entreprises doivent mettre en place une analyse de la situation, avec le conseil d’experts, afin d’identifier les opportunités, de planifier leurs besoins et de préparer les projets qui pourraient être éligibles à ce plan d’aide.

Nous pouvons toutefois vous avancer les lignes d’action définies par le gouvernement dans le plan « France Relance » : https://www.economie.gouv.fr/plan-de-relance. Le plan est déployé autour de trois volets principaux :

  1. l’écologie
  2. la compétitivité
  3. la cohésion

 

Pour chaque volet, les projets devront répondre aux objectifs suivants :

  1. Devenir la première grande économie décarbonée européenne. 30 milliards de l’enveloppe globale seront consacrés à quatre secteurs prioritaires : la rénovation énergétique des bâtiments, les transports, la transition agricole et l’énergie.
  2. Impulser la modernisation et la relocalisation de projets industriels, le financement des entreprises, un plan de soutien à l’export et la mise à niveau numérique de petites et moyennes entreprises.
  3. Promouvoir la solidarité entre générations, territoires, entreprises et entre l’ensemble de la population française. Notamment à travers la formation des jeunes, la cohésion territoriale et le soutien aux personnes les plus vulnérables.

 

Afin de bénéficier soit de la subvention non remboursable, soit de la ligne de crédit souple, les entreprises peuvent présenter des projets des domaines suivants : la durabilité, les technologies propres, les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, la connectivité 5G, la numérisation et l’intelligence artificielle, qui permettront de mettre en œuvre un changement du modèle de production, une minimisation les impacts sur l’environnement, la décarbonisation de l’économie et la promotion de la R+D+I dans l’introduction de nouvelles technologies.

Cependant, il est important de s’appuyer sur le conseil d’experts pour adapter la recherche des fonds européens aux besoins de notre projet. Les fonds Next Generation ne sont pas la seule solution. En fait, il existe de nombreuses alternatives très avantageuses mises en place par Bruxelles offrant de bonnes débouchées pour les entreprises, y compris les PME.

L’année 2020, la Commission européenne a approuvé une augmentation de 12 % de la dotation du cadre financier pluriannuel, qui s’est traduite par une augmentation de plus de 50 milliards d’euros dans les différentes politiques de cohésion telles que les fonds FEDER, le FSE et le Fonds de cohésion. Une opportunité supplémentaire sous forme d’aide et de soutien aux projets de relance de nombreuses institutions publiques, mais également disponible pour l’économie réelle représentée par le réseau d’entreprises de notre pays.

Références

https://travail-emploi.gouv.fr/le-ministere-en-action/relance-activite/

https://www.economie.gouv.fr/plan-de-relance/tableau-de-bord

https://www.consilium.europa.eu/fr/policies/eu-recovery-plan/

https://ec.europa.eu/info/business-economy-euro/recovery-coronavirus/recovery-and-resilience-facility_fr